[slideshare id=7742718&doc=1erbaromtredurecrutement2-0-110426140931-phpapp02]

News RH

"Une raison de plus de cultiver la "botte secrète" des Chasseurs de Têtes:    

la Technique de l'identification" Martine GALLINA   trouvez le programme en cliquant ici  

 

Le réseau LinkedIn : deux nouveaux CV par seconde.

Un véritable réseau chasseur de têtes que les entreprises peuvent utiliser en direct.

/////

Aujourd’hui, les entreprises contribuent pour 40% au chiffre d’affaires de LinkedIn.

Pour environ 5 000 euros par an et par utilisateur, les recruteurs peuvent contacter n’importe lequel des 120 millions de membres.

«Avec 20 critères, le moteur de recherche est beaucoup plus pointu que dans l’offre gratuite», souligne Laurence Bret-Stern, une ancienne d’AOL débauchée par LinkedIn pour diriger les activités européennes.

Vous cherchez un ingénieur en nanotechnologie dans une société italienne depuis trois ans et passé par Pirelli ? Le site vous le sort en quelques secondes.
Près de 4 000 entreprises ont souscrit à cette offre l’an passé, dont plus de la moitié du CAC 40.

«LinkedIn nous permet d’aller chercher ceux qui ne sont justement pas candidats», explique François de Wazières, le directeur international du recrutement de L’Oréal, qui s’est offert une vingtaine d’abonnements et embauche une centaine de salariés chaque année par ce biais, «dont certains ne nous connaissaient carrément pas, comme ce fut le cas récemment d’un manager embauché à New York.»
Ils ne le disent pas trop fort, mais les clients de LinkedIn réalisent aussi de sacrées économies.

«Un abonnement est rentabilisé en deux recrutements, calcule Jacques Froissant, le patron de la société de ressources humaines Altaïde. On n’utilise plus du tout Monster, qui nous coûtait dix fois plus cher ! Quand on voit certains cabinets facturer 10 000 euros le recrutement…»

Présentation de la conférence Recrutement Medias Sociaux à Paris le 24 Novembre 2011.

 

Jobboards et réseaux sociaux : quel outil pour quel recrutement ?  

Publié le 24/05/2011


La dernière enquête menée par RégionsJob - intitulée "Emploi & réseaux sociaux" - revient sur les pratiques en matière de recrutement et de recherche d’emploi sur le Web, avec un focus particulier sur les réseaux sociaux.

 

Les réseaux sociaux ne tueront pas les jobboards. Voilà le premier enseignement de l’enquête menée par RegionsJob sur l’emploi et les réseaux sociaux. Selon les résultats de cette dernière, 98 % des candidats et 87,3 % des recruteurs interrogés utilisent les jobboards dans la recherche d’emploi ou de recrutement. Le top 3 des outils utilisés par les recruteurs est le suivant : jobboards, candidatures spontanées et sites RH (suivis de très près par l’Apec). Côté candidats, les jobboards occupent également le haut du tableau, loin devant Pôle emploi et les candidatures spontanées. Les réseaux sociaux, quant à eux, n’explosent pas, tant dans le recrutement que dans la recherche d’emploi. Lorsque l’on interroge candidats et recruteurs sur les outils de recrutement les plus importants à l’avenir, seuls 22 % des candidats et 39 % des recruteurs citent les réseaux sociaux. Mais cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas utiles ou pas utilisés. Les réseaux sociaux sont aujourd’hui bien présents dans l’univers du recrutement. Entre jobboards et sites emplois, c’est l’usage qui diffère. 

Un univers de chasse 

Si ce n’est pas nouveau, il est utile de le rappeler : sauf opérations de recrutement exceptionnelles, les réseaux sociaux se prêtent peu au recrutement de masse. Il existe, en revanche, des profils particulièrement adaptés au recrutement sur les réseaux sociaux. Il s’agit des profils pénuriques, en tête desquels figurent les commerciaux, suivis des profils administratifs, des ingénieurs et des informaticiens. Les cadres étant plus recherchés, devant les techniciens, les employés et les stagiaires. A contrario, les profils en communication/marketing et direction sont les moins recherchés sur ces réseaux, mais paradoxalement les plus présents… 
Une approche qui explique ainsi la présence dominante des consultants RH par rapport aux autres recruteurs et le faible nombre de recrutements sur les réseaux sociaux. « Dans la majorité des cas (65 %), les professionnels RH ont recruté moins de 5 personnes sur les réseaux sociaux », notent les auteurs de l’enquête. 

Je googleise, tu googleises, il googleise… 

L’autre apport des réseaux sociaux dans l’univers du recrutement tient dans la montée en puissance des questions d’identité numérique et d’e-réputation. L’étude nous apprend ainsi que 75 % des sondés ont fermé l’accès à leur profil Facebook au grand public et 30 % vérifient au moins une fois par mois les recherches associées dans les moteurs de recherche à leurs nom et prénom. Une pratique qui fait écho aux 43 % de recruteurs avouant utiliser les moteurs de recherche pour trouver des informations sur les candidats. Avec des conséquences pas toujours défavorables aux candidats, puisque 8 % des recruteurs ont embauché un candidat après avoir trouvé des traces positives sur celui-ci, et autant ont écarté une candidature après avoir trouvé des traces négatives. 

Dans le même temps, la recherche d’information sur une entreprise via le Web (Google, Sites corporate, Jobboards, réseaux sociaux) avant de postuler tend à se généraliser. « Plus de la moitié [des candidats interrogés] ont déjà abandonné l’idée de postuler suite aux informations trouvées », commentent les auteurs de l’enquête. Une enquête qui met finalement en lumière la complémentarité, aussi bien pour les candidats que les recruteurs, des réseaux sociaux et des jobboards. 

Brice Ancelin (FocusRH)

{if:adminMode}
{trans:no-articles}
{end:if}

      09 50 40 44 94 / 06 61 17 54 01

Offrez une formation à vos Chargé(e)s de Recherche

Prise en charge FAFIEC possible

 

Cher membre de Syntec Recrutement,

L’Institut du Recrutement, Martine GALLINA et Syntec Recrutement vous proposent

3 formations mutualisées (tarif dégressif suivant le nombre de participants)

Les Techniques de Recherche par Approche Directe

pour acquérir les compétences de base                                22 et 23 mai 2012 à Paris

 

La Technique de l’Identification

pour cultiver la « botte secrète » de la Chasse de Têtes       7 juin 2012 à Paris

 

L’Evolution du métier de Chargé de Recherche

pour perfectionner l’approche et l’accroche des candidats  Action Collective FAFIEC 2012

Ce module complète les précédentes formations car il est axé sur l’entretien téléphonique.

dates sur demande à partir de juillet  2012

Les inscriptions se font auprès du  secrétariat du Syntec: 01 44 30 49 90

           

Je me tiens à votre disposition pour vous conseiller sur les programmes.

Cordialement,

Martine GALLINA

FORMATIONS INTER-ENTREPRISES

PROCHAINES DATES

"Méthodes et Techniques de Sourcing et d'Approche de candidats"

Nantes:  17 et 18 avril 2018

Paris: 23 et 24 avril 2018 

 

 

"Stratégie et outils de recrutement sur les médias sociaux"

Paris: 

Lyon: 

 

La Technique de "Chasse" (cabinets de recrutement)

Paris: 

 

L'ENTRETIEN DE RECRUTEMENT EN FACE A FACE

Paris: